Corps au labeur

A Normal Working Day, Various Days
Par

© A Normal Working Day

Il y a le processus créatif : ses réflexions, ses contrariétés, ses résolutions. Et puis, il y a la routine du travail elle-même, tout ce qui enrobe le sacro-saint trajet de l’esprit et sa concrétisation dans la matière de l’œuvre. Il y a l’atelier, la présence des corps, l’attente et la fatigue. En bref, il y a l’artiste qui habite quotidiennement un lieu. Marco Delgado, Nadine Fuchs (à eux deux, collectif de danse) et Zimoun (plasticien), eux, ont vécu côte à côte ensemble, et c’est ce voisinage permanent qui constitue l’origine de leur interrogation sur leur routine de travail.

Le cocktail est explosif. D’une part parce que chacun apporte la spécificité de son champ créatif (performance, arts visuels) ; mais aussi parce que leur tempérament espiègle assure une énergie complice et débridée. Le corps n’est pas seulement vecteur d’identité, il devient aussi le matériau de base pour des installations qui transfigurent l’espace et ses perspectives. Il se fait élément caché d’une tapisserie ou objet mécanique en mouvement ; marionnettes ironiques, icônes plastiques tirant vers la désincarnation. Le trio mise sur une expérience immersive, qui force le spectateur à être actif, cocréateur. Les systèmes élaborés sont des mises en scène totales, absorbant le regard voire l’espace tout entier.

« A Normal Working Day » n’a rien de très normal en apparence. Mais les thèmes classiques de la création artistique se retrouvent, pêle-mêle. Fidèle à son concept, l’exposition accompagne pour cette édition avignonnaise une autre œuvre, « Nirvana » (aux Hivernales), se plaçant donc en périphérie du travail « principal ». Les artistes mettent ici au point les quelques échelons conceptuels qui permettent au spectateur d’accéder à leur degré de décalage au monde et de se projeter dans leurs imaginations à l’œuvre. Il y a quelque chose de particulièrement jouissif à se laisser aller à cette architecture étonnante de l’esprit et des corps, à ce mouvement de l’absolu fusionnel et du démembrement, à ce balancement entre sensualisme et rigueur formelle.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par