Cassandre Calebasse

Si nous voulons vivre
Par

(c) Gregory Navarra

La voix d’Étienne Minoungou murmure, déclame, chante parfois, une compilation de textes de Sony Labou Tansi, auteur congolais des années 1960 qui, à l’époque, mettait déjà en garde contre le danger que l’homme faisait déjà courir à lui-même. Accompagné de deux musiciens, sous un arbre à palabre imaginaire, près d’un linge qui sèche, le conteur avise, jamais sentencieux, souvent espiègle, du risque de « cosmocide ». La douceur du conteur, qui prend le temps du silence, offre un beau décalage avec la douleur qu’il raconte. On n’évite pas toujours la naïveté et les bons « sentiments-du-spectacle-qui-exhorte-à-changer-l’état-du-monde », mais ne jouons pas les cyniques, et laissons la délicatesse avisée des mots du poète nous imprégner.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par