Est-ce que vous pouvez laisser la porte ouverte en sortant ?

Est-ce que vous pouvez laisser la porte ouverte en sortant ?
Par

DR

Comment aimer l’autre quand il n’est pas à l’endroit où il devrait être ? Quand la maladie, le fléau alzheimerien, le déplace dans un espace-temps de plus en plus éloigné du réel ? Voilà la proposition portée par Sophie Rousseau et Antoine Lemaire, qui rappelle par sa douceur, sa tendresse, sa violence, le joli film de Zabou Breitman “Se souvenir des belles choses”. Si le texte est inégal, il contient quelques morceaux anthologiques sur le couple ; l’ensemble est rythmé avec précision, et ne sombre jamais dans un pathos que le présupposé scénaristique aurait pu laisser en roue libre. On se souviendra de la juste prestation de Murielle Colvez au bord de l’inexorable abîme de l’oubli.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par