Plus grand que moi, solo anatomique

Plus grand que moi, solo anatomique

Par

En sous-titrant son texte « Plus grand que moi » par « Solo anatomique », il est fort probable que Nathalie Fillion cherchait délibérément à aiguiser notre curiosité. Mais cette pirouette n’est heureusement pas qu’un artifice, puisque c’est bel et bien le corps qui est au centre de cette proposition théâtrale drôle et généreuse. Le corps comme élément de présence au monde, et comme unité de mesure de notre petitesse face à l’immensité dans laquelle nous errons. Le corps sur scène, lui, est celui de Manon Kneusé : celle-ci porte avec brio l’humour et la tendresse des mots de l’auteure et incarne une Cassandre Archambault délicieusement attachante.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par