Ballet plastique

La lumière
Par

Exposition Fabrice Sabre

Exposition Fabrice Sabre

Jusqu’au 25 juillet, le photographe, avignonnais, Fabrice Sabre expose « La Lumière » à Benoît XII. Une immersion performative et éclair à ne pas louper.

« La Lumière », c’est une idée folle pensée par Fabrice Sabre et scénographiée par Élise Rigel. Il s’agit, nous dit-il, de pouvoir mettre le spectateur dans la condition du technicien du spectacle. Une fois cela dit, le geste, très chorégraphique, est une évidence : poser sur les fronts du public des lumières frontales auxquelles s’ajoute le son de la technique extrêmement métallique. Cela se fait par touches, sans omniprésence pour pouvoir regarder les photos et comprendre aussi quelles sont les conditions du métier de technicien du spectacle. Entrer dans les coulisses du Festival d’Avignon, cela passe donc par la mise en lumière de ceux qui dans l’ombre montent et démontent les lieux mythiques que sont Saint-Jo ou Les Carmes.

Évidemment qu’il fallait que ce soit spectaculaire ! Il y a quatre ans, j’ai commencé à réfléchir à cette exposition. Un partenariat est né avec l’Institut supérieur des techniques du spectacle, qui lui permet alors de photographier l’autre côté du Festival d’Avignon 2014. Connaissant le métier, pour l’avoir pratiqué quelques années auparavant, il était essentiel pour moi de montrer la vie de ces gens-là dans une boîte noire. J’ai alors proposé au festival le principe de mettre en immersion totale le spectateur face au métier de la technique du spectacle.

L’idée devenue réalité est une merveille. Vous devinerez 10 000 clichés en noir et blanc. Vous les découvrirez si votre regard entraîne votre front pour mettre en lumière des visages serrés par des postures acrobatiques ou encore les dragons et autres bêtes ailées qui parsèment les lieux médiévaux. Un ballet plastique et performatif au service du spectacle vivant. Génial.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par