Sambasô, danse divine

Sambasô, danse divine

Par

Entre les quatre piliers du théâtre nippon, la grande tradition du kyôgen et du rituel shintoïste est performée par la famille Nomura, dont l’aîné, Mansaku, est reconnu « trésor vivant national ». La richesse du programme réside dans ses contrastes. « Tsukimizatô » se présente comme une fable populaire. Un vieil homme y est tourné en ridicule et bastonné pour sa naïveté. Dans un panel de danses et de poésies chantées, les artistes se déplacent en kata, munis de larges éventails servant également de coupes pour boire le saké. Les gestes sont plus lourds et lents dans « Sambasô », qui baigne dans une obscure lumière. Aux sons de la flûte, des tambours et des cris, les comédiens danseurs, en transe, puisent la force de la terre et nous emportent dans leur imprécation d’Amaterasu, déesse de la lumière à l’origine du pays du Soleil-Levant. Un fascinant voyage au cœur du Japon.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par