Confidences pour confidences…

The Dark ages
Par

THE DARK AGES mis en scène Milo Rau

DR

Dans la grande salle de Nanterre-Amandiers, cette imposante tribune / monument aux morts donne le ton. Il va être question de régimes autoritaires et de morts par milliers. De Sarajevo certes, mais les régulières comparaisons avec la Seconde Guerre mondiale interrogent surtout les fondements et la légitimité de l’Europe. Cette vision « méta » ne sera pourtant jamais exploitée autrement que par la scénographie et “Dark Ages” mis en scène par Milo Rau est en réalité une suite de zooms, « d’infras », d’histoires intimes qui par leur universalité dans la perte et la renaissance doivent nous éclairer sur l’Histoire. Le procédé est connu et fonctionne assez bien. Les confessions de chaque acteur sont filmées et projetés, crues, en noir et blanc et voilà le public dans le rôle du psychanalyste, activement passif devant tant de résiliences. Dommage que le théâtre ne soit présent que dans les mots et les souvenirs – magnifique passage sur “Hamlet” ! – car il y en a peu sur scène et malgré une distribution pointue le système lasse par manque de chair.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par